Muhammed Said Abdulla

écrivain tanzanie

Muhammed Said Abdulla est le pionnier de la littérature swahili. Il est né à Makunduchi, Zanzibar, dans une famille musulmane.


Il a fait ses études secondaires dans une école de missionnaires, et après avoir obtenu son diplôme en 1938, il a commencé à travailler pour le département de la santé civile de l'État en tant qu'inspecteur.

Il a été rédacteur en chef du Bulletin swahili du ministère de l'agriculture et, en 1948, il est devenu rédacteur en chef du journal Zanzibari. Il a également été rédacteur en chef adjoint de Al-Falaq, Afrika Kwetu, et Al Mahda et du magazine agricole Mkulima.

Muhammed Said Abdulla est né à Makunduchi, Zanzibar. Il a fait ses études secondaires dans une école de missionnaires, et après avoir obtenu son diplôme en 1938, il a commencé à travailler pour le département de santé civile de l'État en tant qu'inspecteur. Il y a été rédacteur en chef du Bulletin swahili du ministère de l'agriculture. Abdulla s'est lancé dans le journalisme, devenant en 1948 le rédacteur en chef du journal Zanzibari. Il est ensuite devenu rédacteur en chef adjoint d'Al-Falaq, d'Afrika Kwetu et d'Al Mahda. De 1958 à sa retraite en 1968, il a été rédacteur en chef du magazine agricole Mkulima.

En 1958, l'œuvre de fiction Mzimu wa Watu wa Kale (Le sanctuaire des ancêtres) a remporté le premier prix du concours d'écriture de récits en swahili organisé par le Bureau de littérature d'Afrique de l'Est ; en 1960, l'œuvre a été publiée sous forme de roman.

Le roman s'est distingué par sa rupture avec les traditions des contes populaires de la littérature swahili de l'époque. Mzimu wa Watu wa Kale a marqué la première apparition de Bwana Msa, un personnage de détective qui figure dans la plupart de ses œuvres ultérieures. Les intrigues des romans ultérieurs d'Abdulla sont devenues progressivement de plus en plus complexes et sophistiquées. Ces intrigues impliquent généralement un protagoniste qui doit combattre l'ignorance et la superstition pour résoudre le conflit.

OEUVRES

-Sanctuaire des ancêtres (Mzimu wa Watu wa Kale), 1960
-Le puits de Giningi (Kisima cha Giningi), 1968
-Dans le monde il y a des gens (Duniani Kuna Watu), 1973
-Le secret du zéro (Siri ya Sifuri), 1974
-Une femme, trois maris (Mke Mmoja Waume Watatu), 1975
-L'enfant du diable grandit (Mwana wa Yungi Hulewa), 1976
-L'erreur du Bwana Msa (Kosa la Bwana Msa), 1984
-L'ombre est vivante (kivuli kinaishi), 1980
Prix
-Concours de rédaction de récits en swahili (1957-8) Mzimu wa Watu wa Kale

(Crédits : WIKIPEDIA) 

Muhammed Said Abdulla

Il a fait ses études secondaires dans une école de missionnaires, et après avoir obtenu son diplôme en 1938, il a commencé à travailler pour le département de la santé civile de l'État en tant qu'inspecteur.

Il a été rédacteur en chef du Bulletin swahili du ministère de l'agriculture et, en 1948, il est devenu rédacteur en chef du journal Zanzibari. Il a également été rédacteur en chef adjoint de Al-Falaq, Afrika Kwetu, et Al Mahda et du magazine agricole Mkulima.

Muhammed Said Abdulla est né à Makunduchi, Zanzibar. Il a fait ses études secondaires dans une école de missionnaires, et après avoir obtenu son diplôme en 1938, il a commencé à travailler pour le département de santé civile de l'État en tant qu'inspecteur. Il y a été rédacteur en chef du Bulletin swahili du ministère de l'agriculture. Abdulla s'est lancé dans le journalisme, devenant en 1948 le rédacteur en chef du journal Zanzibari. Il est ensuite devenu rédacteur en chef adjoint d'Al-Falaq, d'Afrika Kwetu et d'Al Mahda. De 1958 à sa retraite en 1968, il a été rédacteur en chef du magazine agricole Mkulima.

En 1958, l'œuvre de fiction Mzimu wa Watu wa Kale (Le sanctuaire des ancêtres) a remporté le premier prix du concours d'écriture de récits en swahili organisé par le Bureau de littérature d'Afrique de l'Est ; en 1960, l'œuvre a été publiée sous forme de roman.

Le roman s'est distingué par sa rupture avec les traditions des contes populaires de la littérature swahili de l'époque. Mzimu wa Watu wa Kale a marqué la première apparition de Bwana Msa, un personnage de détective qui figure dans la plupart de ses œuvres ultérieures. Les intrigues des romans ultérieurs d'Abdulla sont devenues progressivement de plus en plus complexes et sophistiquées. Ces intrigues impliquent généralement un protagoniste qui doit combattre l'ignorance et la superstition pour résoudre le conflit.

OEUVRES

-Sanctuaire des ancêtres (Mzimu wa Watu wa Kale), 1960
-Le puits de Giningi (Kisima cha Giningi), 1968
-Dans le monde il y a des gens (Duniani Kuna Watu), 1973
-Le secret du zéro (Siri ya Sifuri), 1974
-Une femme, trois maris (Mke Mmoja Waume Watatu), 1975
-L'enfant du diable grandit (Mwana wa Yungi Hulewa), 1976
-L'erreur du Bwana Msa (Kosa la Bwana Msa), 1984
-L'ombre est vivante (kivuli kinaishi), 1980
Prix
-Concours de rédaction de récits en swahili (1957-8) Mzimu wa Watu wa Kale

(Crédits : WIKIPEDIA)